CAUSES POSSIBLES ET BÉNÉFICES SECONDAIRES DU MAL-À-DIT


Causes possibles

Loin de moi l'idée de penser avoir réponse à toutes les causes de mal-a-dit! Il serait simpliste et réducteur de croire que tel ou tel mal-a-dit est toujours dû à une cause unique qui affirme l'équation entre cette cause et le problème.

Même si l'ex-motion* est presque toujours l'élément déclencheur dans les conditions aiguës, l'addition de plusieurs facteurs doit être envisagée, surtout dans les maladies chroniques et/ou dégénératives.

 

Plus nous pouvons émettre d'hypothèses, envisager des pistes de réflexion, plus nous avons de chances de comprendre ce qui nous arrive et de réajuster le tir. Dans cette optique, voici une liste non exhaustive de plusieurs possibilités pouvant conduire à un mal-a-dit.

* É/motion = énergie en mouvement

   Ex/motion = hors du mouvement

Karma

 

Les bouddhistes et autres adeptes des vies antérieures considèrent que ce qui nous arrive dans cette vie est la conséquence de ce que nous avons pu vivre dans une vie antérieure ou dans celle-ci. C'est en fait, la loi du retour!

 

Si, par exemple, nous nous nourrissons de malbouffe pendant des années, devrions-nous être surpris de souffrir éventuellement de problèmes de digestion, d'élimination, de prise de poids, etc.? Vous admettrez avec moi cette logique de  "cause à effet". 

 

Évidemment, cette cause possible de mal-a-dit (vie antérieure) semble un peu hors de portée! La seule option dans ce cas semblerait être d'accepter avec détachement les épreuves auxquelles nous sommes confrontés et d'essayer dans cette vie-ci, de devenir la meilleure personne possible.

Pour ce qui est de   notre vie présente, il n'en tient qu'à nous de revisiter notre passé, d'identifier les "erreurs" commises et de faire ce qu'il faut pour corriger ce qui peut l'être.

Transgénérationnel

 

Une approche développée en Europe dans les années '70, la psychogénéalogie, considère que ce qui s'est passé dans la lignée familiale peut se répercuter sur un ou l'autre individu de la descendance.

 

Un des ascendants pourrait avoir vécu un conflit et être décédé sans avoir trouvé de solution à celui-ci. Il transmet alors dans l'énergie, la tâche à un descendant ciblé de solutionner ce conflit. Le mal-a-dit étant l'expression de ce conflit non réglé.

 

Pas évident non plus de travailler sur cette cause à moins d'avoir toutes les informations pertinentes concernant notre généalogie!

Conception, vie intra-utérine et accouchement

Plusieurs perturbations peuvent survenir très tôt dans la vie du fœtus qui pendant 9 mois, se trouve en symbiose totale avec la mère.

 

-          Alimentation et hygiène de vie de la mère

-          Sons agressifs perçus dès les premières semaines de vie intra-utérine

-          Ex-motions vécues par la mère

-          Manque d'oxygène à la naissance

-          Accouchement provoqué, césarienne

-          Forceps

-          Enfant accueilli ou non

-          Séparation de la mère à la naissance

-          Etc., etc.

Même avant la période fœtale, plusieurs facteurs peuvent aussi influencer l'être en devenir.

 

-          Enfant désiré ou non,

-          … conçu pour "souder" ensemble un couple qui se désagrège

-          … conçu pour contrer une solitude

-          … conçu pour accomplir ce que nous n'avons pas accompli

-          Conséquence d'une agression

-          Etc., etc.


Hérédité

 

L'hérédité génétique joue probablement un rôle dans l'apparition de certains mal-a-dit mais nous pourrions aussi considérer l'aspect comportemental de cette transmission.

 

En effet, il est évident que pour les enfants, les parents sont des héros dont ils vont adopter la  façon de faire et d'être, pour leur ressembler le plus possible. Et ce faisant, ils risquent de souffrir des mêmes problèmes de  santé que leurs parents.

Vaccins et maladies iatrogènes

 

Tout un débat que celui des effets secondaires possibles des vaccins et je ne m'aventurerai certainement pas sur ce terrain. Il y a cependant de multiples recherches qui semblent accréditer la thèse selon laquelle, plusieurs mal-a-dit pourraient se développer chez certaines personnes à la suite de ces traitements. 

 

Quant aux maladies iatrogènes, ce sont des problèmes qui se développent suite à la prise de certains médicaments. Quelques fois, comme on dit, "le remède est pire que le mal"! Ce qui tend à confirmer que le mal initial ayant été muselé par un traitement (celui qui traite, ment!), l'intelligence du corps crie, d'une façon différente, son même mal-être. Le problème à cette étape-ci est que ce cri devient encore plus difficile à décoder car à force de museler chaque nouveau symptôme nous nous éloignons de plus en plus de la cause initiale.

Éducation et croyances

 

Même si l'on considère que nos parents ont fait, en général, de leur mieux avec ce qu'ils avaient comme ressources et ce qu'ils étaient comme personnes, il est certain qu'ils ont eu une influence déterminante sur nous. Et cette influence peut nous avoir inconsciemment conduits vers diverses problématiques.

 

Les croyances, quant à elles, font parties de l'apprenti-sage et si certaines d'entre elles peuvent être utiles à une époque donnée, elles peuvent également devenir limitatives plus tard et demandent alors à être réévaluées.

 

Il existe plusieurs catégories de croyances:

 

-          Inhibitrices: "Je ne suis pas aimable!", "Je fais toujours des gaffes!", "Si je dis ce que je pense,  je risque de ne pas                                                                         être aimé!", etc.

-          Génératrices: "Je peux faire confiance!", "On m'aime, on tient compte de moi!", "Je peux   arriver à ce que je veux                                                                          dans la vie!", etc.

-          Réelles, objectives et neutres: "Le feu brûle!", "La chaise est faite pour me porter!", "Les  couteaux coupent!", etc.

-          Projections des parents: "La vie est dangereuse!", "Il faut souffrir pour être belle!", "Le sexe  c'est mal!", "On est                                                                                                   né pour un p'tit pain!", etc.

Alimentation

 

Nul n'est besoin d'insister sur ce facteur potentiel de mal-à-dit et les informations à ce sujet sont largement diffusées… comme la désinformation, d'ailleurs! Les théories alimentaires sont tellement nombreuses à l'heure actuelle, qu'il est très difficile de s'y retrouver. La solution passe certainement par une écoute vigilante  de la réaction du corps suite à l'ingestion d'aliments pour déterminer ce qui nous convient ou pas.

 

De même, chaque personne étant unique, ce qui convient à l'une ne convient pas nécessairement à l'autre. Chose certaine, plus l'aliment est frais, vivant, le moins transformé possible, sans contaminants chimiques, bien combiné avec d'autres, mieux il remplira sa fonction nutritive.

Environnement

 

Nous pouvons difficilement échapper à la pollution planétaire générée par nos sociétés industrielles. Cependant, comment expliquer que certaines personnes en soient sérieusement affectées et d'autres peu ou pas du tout?

 

Vous savez certainement que pour étudier les effets de tel ou tel produit chez l'être humain, les scientifiques utilisent des rats de laboratoire. Les rats sont les êtres vivants les plus semblables à l'homme et une de leurs qualités est leur capacité d'adaptation à l'environnement. Ils peuvent survivre même dans un environnement très pollué et très bien s'adapter à cet environnement. Ainsi en est-il de l'être humain!

 

Ce qui veut dire que la pollution n'est probablement pas totalement responsable du mal-à-dit chez un individu donné. Il doit d'abord être  fragilisé de l'intérieur pour devenir hypersensible à quelque chose venant de l'extérieur. Sinon, comment se fait-il que tout le monde ne soit pas allergique au pollen, à la poussière, aux arachides, etc.?

 

Je crois cependant qu'il doit y avoir des limites à l'adaptation à un environnement pollué et au train où vont les choses, la race humaine au complet semble sérieusement menacée. À l'heure actuelle, la pollution la plus insidieuse et la plus préoccupante, est celle des micros-ondes qui nous envahissent de plus en plus et dont nous n'avons aucune idée des impacts sur l'être humain. 

 

Ces micros-ondes sont en fait, de l'énergie électromagnétique et nous sommes nous-mêmes constitués de ce type énergie. Imaginez les "courts-circuits" potentiels! De nos jours, on recense de plus en plus de gens hypersensibles à ces ondes et qui développent des problèmes de santé, souvent difficiles à relier à cette cause.

 

Est-ce que ceci remet en cause tout ce que j'avance depuis le début au sujet de notre responsabilité totale sur notre santé? Hé bien je crois que, malgré tout le potentiel que nous ayons de nous défendre contre l'agresseur, nous ne soyons pas en mesure de survivre, par exemple, à une surdose de radiations nucléaires.

En est-il de même avec les micros-ondes?  Je pense que le principe de précaution prévaut et que le moins nous nous exposerons à ce type d'énergie, le mieux nous nous porterons. En fait, de plus en plus de scientifiques nous mettent en garde contre la technologie 5 G qui commence à être mise en place et qui, selon eux, va potentiellement affecter jusqu'à notre ADN.

Sur-stress

 

État de "surchauffe" dans lequel se trouve le cerveau qui, ne pouvant solutionner un problème de façon adéquate, va à ce moment cibler une zone ou un organe du corps pour transférer la charge. Il nous permet en fait, de rester en vie pour éventuellement trouver la solution recherchée.

Ex-motions

 

Il est impossible de bloquer le mouvement de l'énergie et si nous tentons de le faire, si nous gardons à l'intérieur ce qui devrait circuler vers l'extérieur, le corps va traduire ce blocage par une douleur, un malaise, un mal-à-dire.

Tout ce qui ne s'exprime pas s'imprime!


 

Bénéfices secondaires

 

Il est évident que consciemment, personne n'aime être malade! Cependant il est possible, tout à fait inconsciemment, de s'attirer un problème de santé car il peut apporter avec lui certains bénéfices.

Il peut paraître absurde de "choisir" de souffrir dans son corps pour soulager un mal-être émotif ou psychologique, mais vous verrez dans cette liste, encore une fois non exhaustive, qu'un jour vous avez peut-être, vous aussi, choisi la solution du mal-a-dit.

Se reposer

 

Il est difficile, voire impossible pour la plupart d'entre nous, d'arrêter de travailler quand nous en ressentons le besoin. Dans les moments d'essoufflement, de stress, de fatigue, le mal-a-dit peut devenir le seul moyen "acceptable" pour se reposer. La solution passe alors par une bonne grippe, une gastro ou un mal de dos…

 

Le problème avec cette façon de faire est que nous ne profitons pas pleinement de ce moment de repos désiré, toute notre énergie étant mobilisée pour combattre "le mal".

 

Il est possible qu'il y ait derrière ce processus inconscient, une croyance à l'effet que si nous arrêtons de travailler quand nous en avons besoin et sans être malade, c'est que nous sommes  paresseux.

Fuir un problème ou une situation difficile

 

Un problème pour lequel on n'envisage aucune solution immédiate, amène ce qu'on peut appeler un conflit qui lui, est vécu comme un sur-stress par le cerveau. L'impuissance ressentie face à ce conflit provoque une surchauffe du cerveau qui pour se protéger de "l'explosion" et nous maintenir en vie, va distribuer cette surcharge dans le corps physique.

À ce moment, et de façon personnalisée, tant la zone cible dans le corps que la gravité de l'atteinte, sera fonction de l'importance du conflit et de notre déterminisme énergétique.

 

Nous nous offrons ainsi un temps d'arrêt qui permet de remettre à plus tard les décisions que nous allons, de toute façon, devoir prendre un jour. Nous gagnons effectivement du temps mais malheureusement, en le payant d'un certain prix.

Recevoir de l'attention

 

En situation de vulnérabilité causée par le mal-a-dit, nous pouvons peut-être nous permettre de demander l'aide ou l'affection que nous n'aurions jamais osé demander autrement. La croyance pouvant être que c'est une faiblesse de ne pas être capable de se débrouiller seul dans la vie. Nous pouvons aussi vérifier de cette façon si nous comptons pour certaines personnes.

 

Prenons le cas de Valérie, une jeune femme de 25 ans en couple depuis 1 an et dont la relation avec le conjoint est difficile. Elle se demande toujours si elle est importante pour lui car il n'est pas très affectueux ni très démonstratif. En clair, il ne lui donne pas beaucoup d'attention.

 

De plus, elle vit une grande insatisfaction concernant son travail qui l'oblige à faire une soixantaine de km par jour et quelques fois, pour ne travailler que quelques heures. Elle se trouve donc en conflit par rapport à un travail exigeant et insatisfaisant doublé d'un doute profond à propos de son conjoint.

 

La solution se présente pour elle sous forme d'un grave accident de voiture qui la cloue au lit, dans le plâtre, pour plusieurs semaines.

 

De un, elle ne peut plus travailler donc elle "règle" ce premier conflit et de deux, elle se donne l'occasion de vérifier si son conjoint va finalement prendre soin d'elle, ce qu'il ne fait pas plus qu'avant l'accident ! Force lui est de constater qu'elle n'a plus rien à attendre de lui et fini donc par se séparer.

 

Je peux citer aussi le cas dramatique de cette cliente, qui me consultait pour un Parkinson rigide et qui prenait du mieux à chaque consultation. À la 7e rencontre, elle me remercie chaleureusement de mes bons soins mais m'annonce qu'elle va cesser de venir me voir.

 

Elle a décidé de "garder" son problème (même si c'est une maladie dégénérative) car depuis qu'elle est malade, son mari a complètement changé d'attitude. Il est maintenant très présent, attentionné et aux petits soins avec elle.

 

Malgré sa souffrance physique, elle devient la princesse chouchoutée qu'elle a toujours rêvé d'être…

Gagner de l'argent sans travailler

 

Je me souviens de cet électricien venu me consulter pour des douleurs au cou, me demandant de le soulager… mais pas totalement car il était "sur la CSST"! C'est-à-dire qu'il était en congé payé par l'assurance couvrant les accidents de travail et qu'il voulait prolonger ses "vacances" le plus longtemps possible… mais sans trop avoir mal.

Avoir du pouvoir, contrôler et manipuler l'environnement

 

Certaines personnes qui accumulent frustrations sur frustrations dans leur vie peuvent aussi "choisir" le mal-à-dit pour se défouler sur les autres. En effet, le mal-à-dit peut leur donner un certain pouvoir sur l'environnement et de cette façon, leur donner l'impression de finalement contrôler leur propre vie en contrôlant celle des autres.

 

Elles peuvent maintenant exiger certaines choses qu'elles ne se permettaient même pas de demander avant, attirer la sympathie ou la pitié avec leurs plaintes, etc.

 

Évidemment, cette attitude est tout ce qu'il y a de plus déresponsabilisant mais malheureusement, certaines personnes vont quand même consacrer leur "vie" à cette stratégie.

Ne pas avoir besoin de satisfaire ses propres attentes, ses propres exigences ou celles des autres

 

Nous pourrions donner l'exemple de quelqu'un qui s'oblige à performer pour atteindre un but auquel, dans son for intérieur, il ne tient pas réellement mais qui lui a été "imposé" par ses professeurs, ses parents, sa conjointe, le regard des autres, etc.

 

Plus il se rapproche de ce but, plus il sent qu'il perd sa vie à la gagner ! L'échappatoire, qui sauve la mise et l'honneur, peut se traduire par un gros mal-à-dit ou un accident handicapant. 

Heureusement il y a des bénéfices secondaires plus positifs qui comportent des gains réels.

Permettre de changer de comportement, d'attitude

 

Lorsque nous sommes conscients que les malaises et mal-a-dit sont là pour nous faire comprendre que quelque chose cloche dans notre stratégie de vie, nous pouvons entendre le message et saisir cette opportunité pour effectuer les changements qui s'imposent.

Créer un espace qui bouscule notre ancienne façon d'être et d'agir pour nous ouvrir à autre chose.

 

Il n'est pas toujours nécessaire d'avoir décodé la cause d'un mal-à-dit important pour effectuer un changement majeur. Le déséquilibre qu'il crée dans notre vie peut quelques fois, à lui seul, être suffisant pour provoquer les prises de conscience menant à une vie plus riche et satisfaisante.

Permettre de soulager la pression du sur-stress au cerveau pour nous donner du temps

 

Du temps pour comprendre des choses et peut-être changer, voir se transformer, installer des nouvelles stratégies, trouver des solutions…

 

Peut-être du temps pour procréer et assurer la survie de l'espèce…

 

Du temps pour aider le clan, transmettre nos connaissances…

Offrir une opportunité de croissance

 

Le mal-a-dit peut nous lancer sur la piste de la responsabilisation pour atteindre un plus grand développement émotionnel, une plus grande maturité affective, un épanouissement personnel.

 

Il peut être le déclencheur d'une toute nouvelle vie qui nous appartienne en propre, une remise au monde qui nous libère du carcan de notre histoire personnelle.

En guise de conclusion à ce chapitre, vous conviendrez avec moi que nous ne sommes pas obligé d'attendre ce genre de messages  pour ajuster nos vies. Mais s'ils devaient se présenter, essayons de les voir comme une opportunité plutôt qu'une calamité. Et, malgré les efforts inhérents à l'entraînement quotidien pour développer sa vigilance et sa responsabilisation, le résultat en vaut certainement…la joie!


 

P.S. Et les accidents dans tout ça? Hé bien étant donné que nous créons notre vie dans tous ses aspects, nous pouvons aussi inconsciemment, nous servir de l'environnement pour faire passer le message. Cf.  l'exemple de Valérie sous "recevoir de l'attention".

 

Souvenez-vous que le hasard n'existe pas !

  • Facebook Social Icon