Rechercher
  • Daniel Ethier

LA VIGILANCE ÉMOTIONNELLE

Un proverbe tibétain dit : Si tu écoutes ton corps lorsqu'il chuchote, tu n'auras pas à l'entendre crier.


Plusieurs personnes confirment que le fait de comprendre le message du mal-a-dit et d'agir en ce sens, favorise la guérison, mais demandent également comment faire pour éviter à l'avenir, ce mal-qui-dit. Il existe un moyen efficace de grandir en conscience, en présence et surtout d'éviter que le corps crie. Il s'agit de la vigilance émotionnelle.


Qui de nous n'a jamais ressenti au cours d'un échange avec l'environnement, une sensation désagréable dans le ventre sans toutefois la questionner ou même s'y intéresser vraiment ? Ce que nous ressentons dans nos tripes est un message neuronique de ce qu'il est convenu aujourd'hui d'appeler, le deuxième cerveau. En effet, les informations venant de l'environnement et qui nous agressent émotionnellement, utilisent cette porte d'entrée que sont nos intestins qui eux, contiennent autant sinon plus de neurones que le dit cerveau.


Pour ma part, je considère qu'il est le premier. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il ne pense pas, il ressent ! Ce ressenti, c'est notre vérité, notre réalité du moment et cette réalité n'a pas besoin d'analyse, elle a simplement besoin d'être reconnue et idéalement, ex/primée. Par contre, si ce ressenti n'est pas accueilli, il est instantanément envoyé au cerveau qui lui va l'analyser et trouver une solution pour le rendre acceptable dans la situation, quitte à ce que cette solution passe par une contraction dans le corps.


La vigilance émotionnelle consiste à être à l'écoute du moindre petit coincement dans le ventre et à prendre le temps d'identifier ce qui nous chatouille dans le ventre, ce qui nous rentre dedans, ce qui nous prend aux tripes, ce qui nous tord les boyaux. Cette introspection bienveillante nous permettra de nous positionner sainement dans l'échange avec l'environnement et par surcroît, développer une responsabilisation totale face à celui-ci.


Si nous sommes dérangés par un mot, une phrase, une situation, il n'y a que nous qui soyons affectés et l'environnement n'est nullement en faute, il est simplement un déclencheur et surtout, une opportunité de croissance.


La responsabilisation totale à ce moment, consiste à se demander : Qu'est-ce qui est dérangé en moi ? Cette question peut nous amener à identifier une blessure, peut-être inconsciente, qui n'est pas encore cicatrisée. D'en prendre conscience, nous permet d'avoir une image plus réaliste du bagage que nous transportons et qui influence notre relation avec nous-mêmes et le monde qui nous entoure.


Trop souvent, nous ne portons pas attention à ces petits coincements qui vont bien sûr sembler passer d'eux-mêmes, mais qui en fait s'accumulent et finissent par alourdir le corps et l'âme. Avec le temps, tous ces ressentis non-identifiés vont faire en sorte de brouiller la façon dont nous nous percevons et de nous amener vers une confusion émotionnelle qui va pourrir notre vie. Nous ne saurons plus comment agir devant un quelconque déclencheur et nous allons soit réagir (ce qui n'est pas agir), soit contribuer à une contraction toujours plus grande de notre Être.


Quand la contraction devient insoutenable, le cerveau, qui doit éviter la surchauffe pour protéger la vie, transformera cette contraction émotive en douleur corporelle. C'est ainsi que le mal-qui-dit va s'installer dans le corps et ce, de façon individualisée, déterminée par le ou les ressentis que nous avons imprimés au lieu de les ex/primer.


La vigilance émotionnelle, si exigeante qu'elle paraisse au début, permet au fil d'une pratique quotidienne, de mieux se vivre à tous les niveaux et d'éviter d'entendre le corps crier.


Publié le 09-12-2019

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

LA DÉPRESSION : ENLEVER LA PRESSION DE ?

La dépression est la réponse physiologique à un besoin de faire baisser la pression chez l'individu qui ne trouve pas d'autres moyens pour évacuer celle-ci. Cette pression vient de sa relation diffici

POLARITÉ 101: UNE APPROCHE DE VIE !

À l'époque où j'ai étudié la Polarité il y a plus de 30 ans, on l'enseignait comme un traitement énergétique pour les problèmes physiques. Cependant, à la lecture des œuvres du Dr Stone, j'ai constaté

JE N'Y PEUX RIEN, JE SUIS COMME ÇA !

L’autre jour, une amie me partageait ses inquiétudes et même son anxiété face aux moments troubles que nous vivons. Je lui demande ce qu’elle fait pour calmer et rassurer cette anxiété et elle me répo